Toute reproduction des
photos de ce site est interdite.  
Le club se réserve le droit
d'engager des poursuites
pour une utilisation sans autorisation explicite.
 

Le Kendo se pratique idéalement sur un plancher offrant une certaine élasticité. Les Kendoka ont les pieds nus.

En kendo, l’objectif consiste à aller frapper avec la "partie valable du Shinai" (le tiers supérieur correctement orienté, en référence au côté tranchant d’un sabre), la partie valable d’une des protections Men, Kote, Do de l’adversaire.

Du débutant à l’expert, une règle identique gère la validité des frappes délivrées.
Cette règle est appelée Ki-Ken-Tai-Itchi.

Les frappes fondamentales portent le même nom que les protections:
frappe à la tête : Men, frappe sur l’avant-bras: Kote, frappe au flanc : Do.

S’ajoute à ces frappes "de taille ", un coup "d’estoc", Tsuki de la pointe du shinai sur la protection de la gorge ou, dans certains cas précis, sur la partie supérieure du Do.

Dans l’assaut libre (Ji-geiko), les adversaires, qui se tiennent en garde face à face, les pointes des armes croisées, vont essayer mutuellement de marquer un point: le Ippon.

Il faut donc, réussir : soit à frapper avant que l’adversaire ne puisse le faire, soit à frapper après avoir esquivé ou paré l’attaque adverse.

Dans les attaques, les frappes peuvent se succéder ou se combiner. Il existe également des manoeuvres avec le Shinai destinées à affaiblir ou à ouvrir la garde de l’adversaire.

Les combattants s’affrontent réellement et les assauts sont d’une intensité très soutenue. Toute forme de brutalité est néanmoins rejetée, (l’adversaire n’est pas un ennemi à battre, mais un partenaire indispensable aux progrès).